skyscrappers

Mobilité : quel ROI pour votre entreprise ?

Le ROI (retour sur investissement) est un ratio financier qui mesure le montant d’argent gagné ou perdu par rapport à la somme initialement investie dans un projet. Appliqué à l’informatique, le ROI a séduit les directions générales et les DSI qui l’ont volontiers intégré à leurs contrats de prestation de services.

Il semble de plus en plus admis au sein des directions informatiques que la mobilité va leur apporter un surplus de chiffre d’affaires. Une étude datant de 2013 menée par Accenture auprès de ces décideurs affirme que près de 80% d’entre eux admettaient que les technologies mobile allaient constituer une nouvelle source de revenus.

Les applications mobiles apportent une réelle valeur ajoutée aux entreprises, et il est possible d’évaluer les aspects positifs d’un point de vue quantitatif comme qualitatif. La démarche consiste à avoir une vision globale : prendre en compte aussi bien les aspects pratiques pour le commercial nomade que les impacts financiers pour l’entreprise. Pour cela il faut :

1) Evaluer le gain de temps et l’économie de moyens : La centralisation des données au sein d’un même support informatique embarqué et à tout moment accessible rime avec baisse du nombre de messages/appels avec le siège, baisse du nombre de documents papiers et baisse de nombre d’erreurs de ressaisie. On pourrait chiffrer ce gain en comparant avant et après, le nombre de commandes par jour remontées par la force de vente x le temps de ressaisie moyen au siège. Résultat : Un raccourcissement du temps d’intégration au processus de gestion de commande.
2) Chiffrer les gains matériels : Réduction des coûts opérationnels, amélioration de la productivité et amélioration qualitative des activités sur le terrain sont autant de leviers venant renforcer le potentiel d’accroissement des ventes et donc du chiffre d’affaires.
3) Incorporer les dimensions qualitatives à l’évaluation : L’opportunité de se recentrer sur son cœur de métier est un gain significatif pour l’entreprise. L’objectif visé est une meilleure satisfaction client et meilleure expérience travail pour les commerciaux. Une circulation de l’information plus fluide au sein de l’entreprise fiabilise le reporting terrain et facilite l’encadrement des commerciaux par les administrateurs de vente. L’aspect réactif et expert qu’offre ce gain de réactivité renforce l’image de marque de l’entreprise.

La transformation numérique amène ainsi à reconsidérer la place du digital dans l’activité de l’entreprise, et suppose de :

1) Remettre en cause ses processus métier : Pour prendre en compte les coûts et les bénéfices cachés, il faut élargir l’indicateur purement financier à un horizon plus large, capable de prendre en compte la valeur ajoutée que le projet informatique va apporter à l’entreprise. Aux taux de transformation, panier moyen et autre chiffre d’affaires, il faut ajouter des enquêtes de satisfaction client mais aussi commerciaux nomades, des études marketing sur l’image de marque et enfin des études sur le temps consacré aux taches (remontée de données, durée de prise en charge d’une commande, niveau de réactivité, temps de livraison/facturation).
2) Réévaluer le rôle de la composante SI dans l’entreprise : Mettre la DSI au centre du processus commercial, c’est accepter l’idée que la technologie mobile génère des gains pour l’entreprise. De nombreux défis sont à relever en matière de protection des données, de promotion de l’innovation et de digitalisation de l’entreprise.

Comme izOrder, les applications mobiles révolutionnent la manière de travailler des commerciaux afin d’accroître la rentabilité de l’entreprise.

Laisser un commentaire